L'ASSOCIATION CULTURELLE À CHÂTEL-GUYON ET CHAZERON
Aigueperse, aigueperse, Notre-Dame, église, duc de Berry, Pierre de Nesson, Nesson, Imberdis, duc de Berry, transept, Sommeil de la Vierge, Saint François d'Assise, école de Bologne, Benedetto Ghirlandaio, Ghirlandaio, Bourbon, Gilbert de Bourbon, Montpensier, Saint Sébastien, Andrea Mantegna, Mantegna, Claire de Gonsague, duc de Mantoue, chapelle des morts, lanterne des morts, chapelle, Saint-Quintien, nativité, iconographie, annonce aux bergers, collégiale, berger, nativité-bagpipe, oeuvre d'art, fresque, peinture murale
Excursion d’automne 2016



Chazeron

Dimanche 16 octobre, 80 membres de l'Association culturelle d'Aigueperse et ses environs (ACAE) sont partis à la découverte du château de Chazeron et de la ville de Châtel-Guyon lors de la traditionnelle sortie d'automne.

Chazeron

Le matin, le groupe d'Aiguepersois fut accueilli aux grilles du château par le propriétaire des lieux, Raphaël Bruny. Qui mieux que lui pouvait conter l'histoire du lieu et de la famille de Chazeron. La propriété fut achetée par son père Roger Bruny et Michel Mangematin, de jeunes architectes. Ils avaient comme projet d’y créer un centre culturel. Mais l’édifice était en très mauvais état, pour ne pas dire en ruine. Après de très gros travaux, ils l'ont sauvé d'une disparition certaine.

Chazeron

Le nom Chazeron vient du patois latinisant "casa ronda", la maison ronde. Ainsi, il a été possible d'en déduire que ce nom viendrait d'une première fortification, de forme circulaire, probablement construite en bois, à l’origine présente sur ce même emplacement. La construction du premier donjon circulaire date des environs de 1195. C'est à cette époque que sont créées les armes de Chazeron : "d'or au chef emmanché de trois pièces d'azur". Le plus célèbre seigneur de Chazeron est Oudard.V qui a vécu au XIVe siècle.

Au XVIIe siècle, François, fils de Gaspard du Monestay et de Claudia de Chazeron, entreprend d'importantes transformations et fait appel pour cela à François Mansart, architecte du roi de France. Pour donner de l'élégance à l'entrée du château, les maisons des villageois, situées devant, sont détruites et remplacées par les deux ailes. Pour changer l'aspect médiéval, le grand donjon est rasé et un grand perron ainsi qu'une galerie sont créés afin de donner une meilleure unité à l'ensemble.

Lors de la Révolution, Couton fait apposer les scellés sur les portes du château, mais Marie-Pauline de Monestay-Chazeron, âgée de 14 ans, au péril de sa vie, revint en Auvergne et les fait lever en affirmant, lors d’une audience de tribunal, qu'elle y demeure.

ACAE - Excursion d'automne 2016 - Château de Chazeron

Le château connaît ensuite de nombreuses vicissitudes. Acheté dans les années 1930 par Gras et Coulon, il est méticuleusement démantelé : miroirs, boiseries, balustrades sont ainsi vendus. Il est transformé en prison pendant la Seconde Guerre mondiale. Léon Blum, Édouard Daladier, Paul Raynaud y sont enfermés en 1942. La roseraie est arrachée afin d'y planter… des pommes de terre. Mais le 2 juin 1944, Pierre Laval signe le classement de Chazeron (château et terrain) à l'inventaire des Monuments Historiques. Après la guerre, Gras et Coulon sont expropriés pour avoir coupé et vendu les arbres se trouvant dans le parc. Les gardiens qui les remplaceront, poursuivront le pillage.

Guidé par Raphaël Bruny, le groupe parcourut de fond en combles le château : depuis les sous-sols où se trouvent les garde-mangers, jusqu'au sommet du donjon d’où la vue sur la plaine de Riom est magnifique. Un rafraîchissement fut ensuite pris devant le château avant de se rendre à Châtel-Guyon pour un déjeuner à l'Hôtel de Paris.

Les Grands Thermes de Châtel-Guyon

Sous la conduite de Pascal Piéra et Daniel Lamotte, la visite débuta par Les Grands Thermes, avec, dès le hall d’entrée un décor luxueux : sol en mosaïques, plafond à caissons, colonnes en marbre rouge… Tout à côté, le casino-théâtre dont Édouard Niermans, architecte du Negresco à Nice, a conçu le décor. La salle du théâtre, à l’italienne, avec balcons et loges, vient d’être entièrement rénovée. Pour bénéficier de la lumière du jour, en guise de plafond, une verrière autrefois s'ouvrait.

Profitant du beau temps, les guides conduisirent ensuite les visiteurs dans l'ancienne salle à manger de l'Hôtel Splendid, aujourd’hui salle d'exposition. Témoins d’une autre époque, la plupart des grands hôtels ont été transformés et vendus en appartements. Poursuivant la promenade dans la ville ont pu découvrir l'architecture spécifique s'inspirant des stations balnéaires de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. La station thermale de Châtel-Guyon est d’autant plus intéressante qu’à la différence des autres stations, elle fut édifiée ex nihilo. Le développement du thermalisme y bénéficia de la création de la ligne de chemin de fer. Les curistes s’y pressaient. À son apogée, dans les années 1960, la ville en accueillait plus de 27.000 pendant la saison.

Châtel-Guyon

La visite s’acheva au Salon des ambassadeurs du Casino, où Olivier Paradis, président de l'Association culturelle d'Aigueperse et ses environs (ACAE), remercia les guides, amis de notre Association, pour la qualité de leurs présentations et pour avoir ouvert bon nombre de portes autrement inaccessibles.


----
Texte : N. Moulin
Photos : L. Crochet, J.P. Marliac, N. Moulin
Montages photos : M. Debatisse




Association culturelle d'Aigueperse et ses environs

140 bis grande rue - 63260 AIGUEPERSE
E-mail :
contact@sparsae.org
- www.sparsae.org -