VERDUN, DU LIEU SYMBOLE D’HÉROÏSME À CELUI DE RÉCONCILIATION
Aigueperse, aigueperse, Notre-Dame, église, duc de Berry, Pierre de Nesson, Nesson, Imberdis, duc de Berry, transept, Sommeil de la Vierge, Saint François d'Assise, école de Bologne, Benedetto Ghirlandaio, Ghirlandaio, Bourbon, Gilbert de Bourbon, Montpensier, Saint Sébastien, Andrea Mantegna, Mantegna, Claire de Gonsague, duc de Mantoue, chapelle des morts, lanterne des morts, chapelle, Saint-Quintien, nativité, iconographie, annonce aux bergers, collégiale, berger, nativité-bagpipe, oeuvre d'art, fresque, peinture murale
Conférence de Bernard Boulin & Jean-Claude Lamazière
Samedi 14 février 2016


Olivier Paradis, président de l’ACAE, présente les deux orateurs.À quelques jours du centenaire du déclenchement de la Bataille de Verdun, l’Association culturelle d’Aigueperse et ses environs (ACAE) a invité Bernard Boulin et Jean-Claude Lamazière, historiens, à présenter leur conférence "Verdun, lieu de mémoire". En guise de présentation, Olivier Paradis rappela la dynamique participation dans ses différents programmes de l’ACAE des deux orateurs, membres du conseil d’administration de l’association.

Élargissant la perspective et remontant à l’Empire de Charlemagne et à sa scission, par le traité de Verdun d’août 843, entre les trois fils de Louis le Pieux, J.Cl. Lamazière montra combien la partie revenant à Lothaire, une longue bande partant de l’actuelle Hollande et descendant jusqu’au centre de la péninsule italienne, enserrée qu’elle était entre les royaumes de ses deux frères, Charles et Louis, ne pouvait qu’être l’objet d’envies de conquête pour son partage de la part des pays voisins. Les trois royaumes issus de la scission du St-Empire romain germanique de Charlemagne.Au fil des siècles, que ce soit pour des raisons de revanche militaire ou de principes politiques, la région de Verdun fut, en effet, l’objet de toutes les attentions, et notamment, de la part du Saint Empire romain germanique de Charles Quint et du Royaume de France. Au Moyen Âge, Verdun constitua une plaque tournante du commerce et même de la traite des populations. Puis ce fut l’un des lieux d’opposition entre les Habsbourg et la France. Ce fut enfin l’un des lieux d’affrontement des guerres de 1870 et de 1914-18, entre la Prusse et la France.

Devant la centaine d’auditeurs venus à la salle polyvalente d’Aigueperse, commentant le diaporama qu’il avait préparé, Bernard Boulin détailla ensuite les différentes phases de la bataille de Verdun, de son déclenchement, le 21 février 1916, jusqu’à la victoire française, le 19 décembre de la même année. Mais peut-on parler de victoire ? Au cours de ces 300 jours, où alors que la plupart des régiments français furent appelés à combattre à Verdun, dans une interminable noria le long de ce qui sera la Voie Sacrée, l’armée française perdit 160.000 hommes, tués ou disparus. L’armée prussienne, 337.000. Et si, sur cette zone, la bataille était finie, sur les autres fronts elle devait se poursuivre, comme on le sait, jusqu’à novembre 1918. Les tensions sous-jacentes dans le commandement ainsi que l’insuffisance des systèmes d’observation permirent aussi de mieux comprendre certaines décisions étonnantes voire même contre-productives.

diaporama

diaporama

Un diaporama très élaboré présenté par les deux orateurs

Depuis la fin de la Première Guerre mondiale, Verdun est devenu pour les Français ce que l’on appelle un lieu de mémoire. Toutefois, sa signification a évolué au cours des dernières années jusqu’à devenir un lieu symbole de paix entre les deux pays. Reprenant la parole, J.Cl. Lamazière distingua ainsi trois étapes. D’abord, Verdun fut longtemps considérée comme un lieu d’héroïsme où fut stoppé l’agresseur au prix de centaines de milliers de morts. Le chancelier Adenauer et le général de Gaulle ayant ouvert la voie de la réconciliation, le 22 septembre 1984, le président François Mitterrand, tenant la main du chancelier Helmut Kohl, elle fut scellée à Verdun même aux yeux du monde entier. On y trouve aussi, regroupé sur ce champ de bataille, des lieux des trois cultes auxquels appartenaient les combattants : chrétien, juif et musulman. Un signe de respect et de reconnaissance de l’appartenance à une même patrie.

Plus d’une centaine d’auditeurs

Plus d’une centaine d’auditeurs

Pour les inscrits, le programme autour du centenaire de la Première Guerre mondiale se poursuivra par un voyage à Verdun au mois d’avril prochain. Par ailleurs, la revue de l’Association continuera de publier des articles autour des poilus de la région d’Aigueperse. Pour conclure cette réunion, Olivier Paradis remercia les orateurs pour leur très intéressante conférence et la qualité du diaporama qui accompagnait leurs présentations.


édit Michel Debatisse

Photos L. Crochet & M. Debatisse




Association culturelle d'Aigueperse et ses environs

140 bis grande rue - 63260 AIGUEPERSE
E-mail :
contact@sparsae.org
- www.sparsae.org -