L'EXTRAORDINAIRE PLAFOND PEINT D'AIGUEPERSE
Aigueperse, aigueperse, Notre-Dame, église, duc de Berry, Pierre de Nesson, Nesson, Imberdis, duc de Berry, transept, Sommeil de la Vierge, Saint François d'Assise, école de Bologne, Benedetto Ghirlandaio, Ghirlandaio, Bourbon, Gilbert de Bourbon, Montpensier, Saint Sébastien, Andrea Mantegna, Mantegna, Claire de Gonsague, duc de Mantoue, chapelle des morts, lanterne des morts, chapelle, Saint-Quintien, nativité, iconographie, annonce aux bergers, collégiale, berger, nativité-bagpipe, oeuvre d'art, fresque, peinture murale
Conférence de Jacques CORROCHER - 25 juin 2016

SOIRÉE RÉSERVÉE AUX ADHÉRENTS DE L'ACAE


Sparsae hors-série n°7

Rien de tel que de se plonger dans le Moyen Âge à Aigueperse, guidé par Jacques Corrocher, historien de cette période, pour oublier, au moins momentanément, les graves turbulences politiques, nationales et internationales, de ces derniers jours. L'Association culturelle d'Aigueperse et ses environs (ACAE) avait réservé à ses adhérents la soirée du 25 juin 2016 pour venir écouter et échanger avec ce conférencier, membre de son conseil d'administration et auteur de nombreux livres et articles sur le Bourbonnais et l'Auvergne. Cette conférence sur le thème "Un plafond peint du XVe siècle, fleuron de patrimoine artistique d'Aigueperse", était accompagnée d'un diaporama et suivie d'un dîner pris au restaurant Le Relais Fleuri d'Effiat. 70 participants s'y étaient inscrits. Rien de surprenant à une si belle audience, car est-il utile de rappeler la considérable contribution de l'orateur à la connaissance d'Aigueperse et des seigneuries environnantes, au tournant des époques médiévale et de la Renaissance ?

Olivier Paradis accueille Jacques Corrocher

Une soirée réservée aux adhérents

Olivier Paradis accueille Jacques Corrocher

Une soirée réservée aux adhérents

Accueillant les adhérents de l'Association, son président, Olivier Paradis, s'est souvenu que la "redécouverte" par quelques jeunes Aiguepersois passionnés d'histoire, dans une salle longtemps fermée, de ces nombreux tableautins moyenâgeux, objet de la conférence du jour. Elle avait été à l'origine d'une demande auprès du maire de l'époque pour une remise en état de ce lieu. Il leur avait été conseillé de constituer une association. Encore trop jeunes, ce furent leurs parents qui signèrent les documents officiels à leur place. L'ACAE était née. Olivier était parmi ces initiateurs et ne se doutait pas de l'ampleur qu'allait prendre, au fil des ans, cette association. Sur ces souvenirs remontant au début des années 1970, il donna, sans plus tarder, la parole à l'orateur.

DE PETITS TABLEAUX D'UNE FACTURE NAÏVE

Tableautin de la salle Jeanne d'ArcSurpris de n'avoir trouvé mention des tableautins de la salle Jeanne d'Arc dans les études des historiens régionaux, qu'à partir du milieu du XXe siècle, Jacques Corrocher a décidé de comprendre et, ainsi, de nous aider à décrypter nombre de messages transmis depuis presque six siècles, par ces petits tableaux, d'une facture naïve propre aux artisans dessinateurs du Moyen Âge, et par ces nombreux blasons ornant la plafond de cette grande pièce. La seule véritable étude à notre disposition était celle de Jacques Lacour, historien originaire d'Aigueperse, qui s'était penché sur les informations reflétées par ces armoiries sur les princes et seigneurs auxquels elles renvoient. Le travail de ce chartiste réputé s'est avéré d'autant plus utile que plusieurs de ces peintures se sont depuis lors beaucoup altérées, les rendant difficiles, parfois même, impossibles, à déchiffrer. Et pourtant, c'est grâce à l'héraldique que l'on a pu dater très précisément, cet extraordinaire ensemble de peintures.

Jacques CorrocherNous ne reprendrons pas dans ce bref compte-rendu l'ensemble de la présentation du conférencier. Le lecteur pourra se reporter à son étude, récemment publiée par la revue Sparsae (hors-série n°7). Ces moines ou chanoines, ces femmes à corps d'animaux effrayants, ces scènes de chasse, de joutes, ces représentations de jeux d'enfants et ce bestiaire extraordinaire furent commentés, s'appuyant en cela sur un diaporama sur grand écran grâce auquel l'assistance put apprécier les détails de ces tableautins. Hélas, certains ont disparu au cours des siècles. Sur un total de 92 emplacements, la construction d'un escalier intérieur, et, sans doute, des réparations inconséquentes (principalement celles concernant le plancher du grenier), ne laissèrent plus subsister que 64 de ces œuvres.

Tableautin de la salle Jeanne d'Arc

Tableautin de la salle Jeanne d'Arc


UNE HYPOTHÈSE SÉRIEUSE QUANT AU COMMANDITAIRE DE CET ENSEMBLE EXCEPTIONNEL

L'un des points sur lequel l'orateur insista fut la signification de l'emplacement précisément choisi pour ces blasons, avec, comme point de départ, la belle cheminée massive, du XVe siècle, accolée au mur septentrional de la salle. Ces armoiries concernent le roi de France et quelques princes et grands seigneurs de l'époque. La présence, en bonne place au milieu d'elles, de celle d'une famille de petite noblesse, les Regnaud de Cordebœuf, il s'agit sans doute de Merlin de Cordebœuf (v.1410-1415-…1472), peut paraître surprenante dans cet environnement de grandes familles auvergnates et de prince du Yves Morvansang. Marié en 1431 à Jamette de Nesson, nièce du poète Pierre de Nesson, qui lui fit partager son amour de la poésie, Merlin de Cordebœuf manifesta un goût prononcé pour l'héraldique et la chevalerie. Plusieurs arguments apportés par Jacques Corrocher, le conduisent à avancer que le possesseur de ce bâtiment et le commanditaire de ces décorations à allusions savantes destinées à un public averti, pourrait avoir été ce Merlin de Cordebœuf.

UNE RÉFLEXION SUR LA RESTAURATION DE CES PEINTURES

L'orateur répondit à quelques questions et invita Yves Morvan à prendre la parole. Au début des années 1980, il avait reçu mission de la DRAC d'Auvergne, de restaurer ces tableautins. Tout en prenant soin d'éviter une trop grande technicité, il présenta son travail et confia à l'auditoire quelques réflexions qu'il lui avait suscitées.

Olivier Paradis remercia les orateurs ainsi que Marie-France Bellier, qui a coordonné avec l'aide de Nadine Moulin et Michel Vigne cette soirée. Puis il invita les participants à s'attabler dans la salle de restaurant pour conclure cette belle réunion par un dîner.

Conférence suivie d'un excellent diner

Conférence suivie d'un excellent diner

Conférence suivie d'un excellent diner

 édit M. Debatisse
Photos N. Moulin & Sparsae




Association culturelle d'Aigueperse et ses environs

140 bis grande rue - 63260 AIGUEPERSE
E-mail :
contact@sparsae.org
- www.sparsae.org -